“Je veux être bon partout”

MOUSCRON, 5/03/2018 – Lionel Taminiaux signe un excellent début de saison. Il l’a encore prouvé à Brussel-Zepperen en se classant 4e du sprint final après avoir été un véritable acteur de la course. Le routier-sprinter d’AGO-Aqua Service revient sur son stage pro en 2017, sa transition hivernale et son objectif de 2018, sa saison-tremplin vers le monde des pros.
Lionel Taminiaux s’était ainsi plongé, de août à octobre 2017, dans le monde des pros dans le cadre d’un stage chez WB-Aqua Protect-Veranclassic. «Le stage s’était bien passé en ce qui me concerne. J’ai eu l’occasion de faire de belles courses, notamment Paris-Tours avec les pros. Mais ce stage m’avait ouvert les yeux sur le fait que je n’étais pas encore prêt à passer à un niveau plus haut. J’ai donc très vite annoncé que je préférais rester encore une saison chez AGO-Aqua Service. L’hiver s’est très bien passé et je suis sorti très bien du stage de préparation à Calpe (Esp), sans problèmes physiques. Mon but de la saison est de me créer un meilleur palmarès, de décrocher des victoires et des podiums sur des belles courses, dans le but de m’ouvrir les portes du monde des pros. WB-Aqua Protect-Veranclassic, où j’ai fait mon stage et où j’avais une proposition pour 2018, serait la suite logique car c’est en effet dans cette filière que j’ai grandi au sein d’AGO-Aqua Service.» Lionel Taminiaux a lancé sa campagne 2018 sur les meilleures bases avec une 2e place d’entrée de jeu à Brussel-Opwijk, une 17e place au très dur GP Samyn 2018 au sein du peloton des pros, et une 4e place dans le sprint massif de Brussel-Zepperen après s’être joint à plusieurs attaques. «Je pourrai dire que ma saison 2018 est réussie quand j’aurai pu me battre jusqu’au bout dans les grands rendez-vous, quand j’aurai pu jouer voire décrocher la gagne ou le podium, quand j’aurai signé des résultats sur toutes les courses qui sont à ma portée, donc pas celles où ça grimpe. Je me fixe quelques objectifs pour 2018, comme le Triptyque des Monts et Châteaux, le Tour des Flandre et Paris-Roubaix U23, le Tour de Liège et le Tour de Namur, le championnat de Belgique. J’ai ainsi, entre autres, envie de disputer Liège-Bastogne-Liège U23 en tant que dernière année comme espoir: je rêverais du scénario d’une mauvaise météo, d’une échappée matinale qui va très loin, d’un top-10… Je veux être un Flandrien qui a envie de se montrer sur des parcours plus difficiles. Chez les espoirs, il faut en effet savoir passer un peu partout, même si on n’est pas forcément le meilleur sur les pavés ou quand ça grimpe.»